Impact Covid 19 : le plein engagement du Président de la République
Le Togo est aujourd’hui à environ un millier de cas confirmés dont seulement un peu plus de deux cents cas actifs de la Covid 19. Ces statistiques font parties des meilleurs résultats de la sous-région. Si aujourd’hui les Togolais peuvent vaquer à leurs activités, bien sûr en respectant les mesures barrières, et que cette crise ne n’asphyxie pas la population comme c’est le cas dans plusieurs pays africains et de par le monde, c’est bien parce que l’équipe dirigeante fait un travail louable.
A la tête de cette équipe dirigeante se trouve le chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Faure Essosimna Gnassingbé. Le président de la république fait partie de ces dirigeants qui dès le début de cette crise a su réagir de manière rapide et effective. Le Togo n’a pas attendu son premier cas de contamination le 6 mars dernier, avant de lancer une campagne à grande échelle de sensibilisation. Dès le 16 mars, un conseil des ministres s’était rassemblé sous la présidence du Président de la République. De ce conseil sortira les premières mesures de lutte contre la Covid 19 qui marquent l’annulation des liaisons aériennes avec les pays à risques, la recommandation des gestes barrières ainsi que pour les situations urgentes, le débloquement de deux (2) milliards de francs CFA.
Le Président de la République ne s’est pas une seule fois reposé sur ses lauriers. Il est toujours présent dans cette crise. Selon l’évolution de la maladie sur le territoire togolais, le Chef de l’Etat a su adapter de nouvelles mesures pour assurer la sécurité à ses citoyens et limiter la propagation de la maladie. Dans l’optique de protéger les Togolais, l’annonce des mesures du 20 mars 2020, qui sonnaient la fermeture des frontières, lieux de cultes, établissements scolaires ainsi que des lieux de divertissements, a été un coup dur pour le quotidien des Togolais. Toutefois, soucieux du bien-être de sa population, S.E.M. Faure Essosimna Gnassingbé annonça le 1er Avril, l’état d’urgence sanitaire sur toute l’étendue du territoire pour une période de trois mois. Les nouvelles mesures prises par le Chef de l’Etat de concert avec le conseil des ministres, s’installaient sur quatre plans : sécuritaire, sanitaire, social et économique. Sur le plan sécuritaire, un couvre-feu de 20 heures à 06 heures du matin a été imposé, ainsi que la création du CNGR Covid-19 chargé de coordonner les actions du gouvernement sur le terrain. Sur le plan sanitaire on pouvait noter la mise en place des laboratoires mobiles pour le dépistage à l’intérieur du pays.
Ce fut les mesures sociales qui firent l’effet d’une bouffée d’air pour les populations qui commençaient déjà par suffoquer à cause du confinement partiel. En effet, les mesures sociales mettaient en place un programme d’aide financières aux ménages vulnérables dénommé « Novissi ». Ce programme a été salvateur selon les témoignages des bénéficiaires. Novissi touchait exclusivement aux couches sociales mises en danger par les restrictions et suivait un concept de sélection très précis. Ce programme fut même plébiscité par deux prix Nobel et a même été adopté par la Banque mondiale. Le programme fut un tel succès que la France subventionna le programme à hauteur de deux (2) millions €. En plus du programme, il est aussi à noter la gratuité de l’eau et de l’électricité pour les couches les plus défavorisées, ainsi qu’un réajustement des horaires de travail pour les fonctionnaires.
L’économie, un secteur très à cœur au président, a reçu un accompagnement effectif pour soutenir la production agricole et assurer l’autosuffisance alimentaire, l’allègement et une adaptation du système pour les entreprises du secteur. Pour relancer l’économie, il fut créé un Fonds National de solidarité de 400 milliards de francs CFA. Malgré la pleine adhésion de la population consciente de la situation sanitaire actuelle, le secteur économique rencontrait des difficultés, surtout à cause des horaires du couvre-feu et de travail. Dans le décret du 9 mai, le président réadapta les horaires du couvre-feu qui s’appliquaient alors de 21 heures à 05 heures du matin, ainsi que celles de travail qui furent de 08 heures à 16 heures.
Dans ce contexte de crise sanitaire, conformément à la vision du chef de l’Etat de faire de l’agriculture togolaise le principal levier de création de richesses, le gouvernement met en oeuvre un plan d’urgence de soutien au secteur agricole pour consolider la sécurité alimentaire et nutritionnelle, améliorer le revenu des producteurs agricoles et sauvegarder des emplois. C’est ainsi que sous l’égide du Chef de l’Etat, le gouvernement a pris des initiatives à l’instar du programme Yolim et des mesures de soutien à la campagne agricole 2020-2021. De ces mesures, découlent des actions dont la création des entreprises de placement de main d’œuvre, l’intensification de l’utilisation des intrants agricoles améliorés et des services de mécanisation rapprochés, l’appui en matériel agricole, labour, essouchage et kit d’irrigation.
Depuis le début du confinement, Son Excellence Monsieur Faure Essosimna Gnassingbé, Président de la République Togolaise, a prouvé au peuple togolais qu’il était le premier concerné par leur santé et bien-être. Ainsi, il ne s’est pas gêné pour se lancer dans la lutte. Les multiples cellules de crise en collaboration avec les différents ministères, pour anticiper et adapter la riposte au vue l’évolution de la maladie, les différents décrets annonçant les différentes mesures prises, la sensibilisation perpétuelle des populations… viennent témoigner de l’engagement personnel du Chef de l’Etat dans ces moments sombres que traverse le Togo.
Si certains peuvent encore doutés des actions prises par le gouvernement, les chiffres et les résultats sur le terrain ne mentent pas. Le Togo est aujourd’hui un modèle dans la sous-région dans la gestion de la crise sanitaire. Le chef de l’Etat, dans sa lutte contre la maladie, a pris en compte tous les aspects de la société et a su adapter les mesures. Le dernier décret en date du 8 juin, annoncèrent les nouvelles mesures en vigueur. Ces dernières mesures furent accueillies agréablement par la population puisqu’elles sonnaient la levée totale du couvre-feu et du blocage des villes concernées.
Le secteur privé a vu ses charges fiscales diminuer de manières conséquentes voire supprimer totalement dans certains cas. Aussi, le gouvernement togolais accorde-t-il aux entreprises privées des dispositions fiscales particulières dont le délai se situe entre le 1er avril 2020 à l’expiration d’un délai d’un mois à compter de la date de cessation de l’état d’urgence sanitaire, suivant l’ordonnance N°2020-05 portant loi des finances rectificative pour la gestion 2020 et relative aux mesures d’accompagnement d’ordre fiscal et douanier liées à la pandémie du coronavirus (Covid 19), signé par le Président de la République, le Premier Ministre et le Ministre de l’Économie le 30 juillet dernier.
Il est aussi à noter la reprise des cours dans les établissements scolaires pour les classes d’examens ainsi que la réouverture des universités, le tout, dans le strict respect des mesures édictées par le gouvernement.
Le Président de la République et son équipe honorent valablement la confiance que les populations ont placé en eux. Dans son devoir de protéger les citoyens togolais, le chef de l’Etat prouve à mesure que le Togo était en de bonnes mains pour assurer sa sécurité sur tous les plans. Quand donc nos dirigeants sont engagés corps et âmes dans cette lutte à commencer par le premier concerné, le chef de l’Etat, les populations ne peuvent que les accompagner en respectant les mesures en vigueur et appliquant les gestes barrières pour stopper la propagation de cette maladie.
#Togo Top Impact (TTI)